Aller au contenu principal

Le Nouveau Monde de l’Enseignement

L’enseignement supérieur a connu de nombreux bouleversements qui ont conduit à un changement de paradigme important : l’étudiant encadré est devenu un apprenant autonome. Comment penser les lieux d’apprentissage pour répondre aux nouvelles pédagogies et comment favoriser la position centrale de l’apprenant ? Pour répondre à ces enjeux, nous avons développé une vision et une méthodologie de programmation participative permettant de définir avec les professionnels des lieux adaptés aux spécificités de leur enseignement et incarnant les valeurs de l’école.

Un modèle d’apprentissage en pleine transition

De nombreuses études ont mis en avant la faiblesse d’un modèle d’enseignement purement transmissif dans la qualité de l’apprentissage et l’assimilation des matières. En s’appliquant uniformément à un grand nombre, ce modèle peine en effet à prendre en considération le profil spécifique de chaque apprenant.

Afin de cultiver des valeurs telles que l’entrepreneuriat, la collaboration, l’esprit critique et la créativité, l’enseignement se réinvente et de nouvelles pédagogies sont développées : collaborative learning, e-learning, classes inversées, serious games, etc. La révolution numérique a également un impact de premier ordre sur les méthodes et les lieux d’apprentissage. L’accès instantané à un vaste champ de connaissances a permis d’augmenter l’autonomie de l’apprenant en diminuant les moments de transmission pure et en les remplaçant par d’autres pédagogies plus efficaces.

Cette disponibilité des connaissances a également un impact important sur le temps et le lieu de l’apprentissage. On peut apprendre n’importe quand, n’importe où et de manière très informelle. L’érosion des structures hiérarchiques traditionnelles modifie également profondément le rapport entre les enseignants et les apprenants. L’enseignant incarnant hier l’autorité et étant responsable du cursus de l’étudiant devient un “coach”, un soutien à l’apprenant qui prend en charge son propre apprentissage avec une plus grand liberté.

Le concept de learning center

Les nouvelles pédagogies mettent en avant le travail de groupe et l’autonomie d’apprentissage en amont ou en aval du cours. Ces activités nécessitent des lieux adaptés. Le concept de learning center répond à ces nouvelles pratiques. Il est le lieu de l’apprenant, le symbole de son autonomie et l’outil de sa réussite. Il assure au minimum trois usages :

– L’activité informelle : elle se pratique seul, en petit groupe, en groupes élargis – pour consulter un ouvrage ou “brainstormer”. Cette dimension est capitale dans l’échange d’information, la résolution des problèmes et la favorisation de l’innovation et de la créativité.

– Le travail de groupe : des lieux doivent être prévus pour le travail en groupe de 2-6-10 personnes – avoir accès à un écran ou un tableau (noir, magnétique, interactif, etc).

– Le travail de concentration : seul, au calme, pour lire, rédiger, suivre un MOOC (Massive Open Online Course), un SPOC (Small Private Online Course), etc.

Le learning center doit être largement accessible, selon un horaire le plus large possible, et doit donc constituer une unité programmatique pouvant fonctionner indépendamment. L’articulation de ce lieu particulier à l’espace public est également capitale. Idéalement, il est lié à des lieux extérieurs offrant aux apprenants d’autres situations de travail : gradins, jardins, bancs, etc.

Quel impact sur la conception des lieux d’apprentissage ?

Aujourd’hui, une école est bien plus qu’une société de classes, une institution accessible de 08h00 à 17h00. Elle est plurielle, offrant des lieux caractérisés et multiples. Elle est ouverte, favorisant l’échange et le partage. Elle met l’apprenant au centre et donne forme à son nouveau statut. Mais au-delà de grandes valeurs répondant à ce changement de paradigme important, les lieux d’apprentissage d’aujourd’hui n’ont plus rien de générique. Ils doivent être le fruit d’une étude approfondie visant à comprendre les projets pédagogiques de l’institution, les spécificités des méthodes d’apprentissage utilisées et leurs interactions temporelles.

Pour répondre au besoin exprimé par de nombreuses institutions de rencontrer un partenaire fiable et intéressé par ces enjeux, nous avons développé une méthodologie de programmation participative créant le temps et le lieu du dialogue. Cette démarche passionnante a été menée avec succès grâce à des partenaires novateurs qui nous ont fait confiance : le CPFB à Louvain-la-Neuve, l’ULB, l’UMons, la HE Condorcet, l’ISIPS, l’Université Ouverte et l’ASBL Zénobe Gramme.

Comment conjuguer différentes fonctions et générations dans un environnement urbain densifié ?

Case Study - NICE MERIDIA

Comment conjuguer différentes fonctions et générations dans un environnement urbain densifié ?

Decouvrez d’autres perspectives

toutes nos perspectives
Retourner à la page d’accueil Aller au menu principal

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience possible.

En savoir plus › ok