Aller au contenu principal

Vers une approche contextuelle du développement commercial – Entretien avec Coen van den Wijngaart

Le 6 juin de cette année, Coen van den Wijngaart a rejoint le groupe archipelago en tant que Acquisition en Business Development Manager. Nous sommes ravis de l'accueillir au sein de notre équipe. Bien qu'il soit nouveau à bord, son visage nous est déjà familier. Son expérience d'architecte aux Pays-Bas et en Belgique lui a déjà donné l'occasion de travailler avec beaucoup d'entre nous par le passé. Commencer à travailler pendant une période COVID-19 est un défi et exige une certaine flexibilité pour apprendre à connaître ses collègues. Après son premier mois, nous avons posé quelques questions à Coen pour mieux le connaître :

Map Bruxelles Leuven

Des Pays-Bas à Bruxelles... Pourquoi avoir choisi de vivre dans la capitale belge ?

En 2013, j’ai décidé de déménager avec ma famille des Pays-Bas vers la Belgique afin d’échapper à la crise financière et immobilière qui a frappé mon pays plus durement que la Belgique en raison de son modèle économique sensible à la conjoncture. Nous avons choisi de vivre à Bruxelles parce que c’est à la fois une ville aux qualités métropolitaines et une ville pour les personnes qui n’ont pas encore trouvé leur place. Capitale de la Belgique, Bruxelles est aussi celle de l’Europe.

C’est une ville aux trésors cachés, aux qualités hétérotopiques avec ses lieux secrets. Son urbanisation s’est faite par la densification de la structure rurale originale de 19 communes et des vestiges verts de la « Forêt de Soignes ». S’orienter vers un urbanisme inclusif et durable, issu d’une réflexion contextuelle, devient cependant nécessaire. Ceci afin d’activer les économies locales et de fournir une intégration sociale, des environnements à usage mixte et biodiversifiés, à empreintes écologiques positives. Peut-être que le COVID-19 est un signal d’alarme, non seulement pour redécouvrir la bulle de microclimat qui nous entoure mais aussi pour refléter notre attitude envers la nature elle-même ?

archipelago et toi... comment l’histoire avec le groupe a-t-elle commencé ?

J’ai débuté ma carrière fin des années 90, après avoir terminé mon stage à l’École supérieure technique de Tilburg. Pendant mes études à l’Université technique de Delft et ma période Erasmus à Montpellier à la Grande École d’architecture, j’ai étudié et travaillé en même temps.

Après avoir obtenu mon diplôme à Delft, j’ai travaillé pour différents bureaux d’architecture : certains à forte composante conceptuelle d’autres plus orientés services. Je connais archipelago depuis un certain temps déjà. En effet c’était le partenaire local d’un précédent bureau à Rotterdam pour lequel j’ai travaillé, où nous avons surtout collaboré sur des projets de santé.

Comme j’ai un fort esprit entrepreneurial pour l’architecture et l’urbanisme, j’ai simplement travaillé pour des bureaux d’architecture, des consultants ou des promoteurs immobiliers orientés vers le développement de projets. Mon rôle chez archipelago est de gérer et coordonner l’acquisition et le développement commercial.

Afin de créer davantage de valeur ajoutée, nous voulons développer notre entreprise et étendre notre réseau dans une approche contextuelle, en accord avec les valeurs et l’identité d’archipelago. Parallèlement à la nouvelle gouvernance collaborative mise en place au sein du groupe et aux défis du Nouveau Monde du Travail, nous repensons notre approche dans le but de nous (re)positionner. Fort d’une expérience belge et internationale, je poursuis également la mission d’établir de nouvelles connexions avec les acteurs des réseaux professionnels et académiques à l’intérieur et à l’extérieur du pays. La création de partenariats avec de nouveaux talents qualifiés fait également partie de ce voyage passionnant !

Quand le développement durable et le nouveau monde du travail inspirent l’architecture

Case Study - ORES

Quand le développement durable et le nouveau monde du travail inspirent l’architecture

Architecture et développement commercial... comment combiner ces deux domaines ?

Pour moi, ne pas considérer l’architecture comme un produit ou une intervention esthétique isolée est important. Nous devons l’aborder de manière holistique et contextuelle. Par conséquent, nous cherchons à comprendre au mieux non seulement nos clients et les utilisateurs, les parties prenantes, tant publics que privés, mais aussi le contexte spécifique de chaque projet.

Par exemple, les préoccupations d’un investisseur institutionnel diffèrent de celles d’un utilisateur final donné ou d’un développeur de projet. Lorsque nous comprenons les besoins de nos clients et la manière dont leur « chaîne de valeur » fonctionne et s’intègre, nous sommes en mesure de fournir une solution architecturale plus optimisée et personnalisée.

L’artisanat est un aspect important pour conjuguer architecture et esprit d’entreprise. Marketing et affaires, sont des termes qui peuvent être sensibles dans le discours architectural. Cependant, lorsque vous agissez de manière économique, vous devenez automatiquement un entrepreneur, sinon vous ne survivrez pas. En outre, malgré un attachement certain au monde académique de nombreux architectes, le « développement commercial » joue aussi un rôle important dans notre histoire. Inclusif et progressif, le terme « développement » couvre les aspects commerciaux de la gestion d’une entreprise mais aussi la création de valeur ajoutée, la recherche et l’innovation, l’identité de l’organisation, la responsabilité sociale, le fait d’attirer des collaborateurs et partenaires qualifiés, le partage des connaissances, etc.

La gestion d’un bureau d’architecture se distingue de celle d’une usine de production : gérer le processus créatif ou la créativité ne se mesure pas au milligramme près. Néanmoins, il est important de créer un espace suffisant pour l’inspiration dans un certain délai et budget. C’est pourquoi les termes co-productifs tels que co-création, participation et dialogue sont fondamentaux pour être créatif et gérer la créativité. J’aime utiliser cette équation : partage = multiplication. Cela signifie choisir stratégiquement les bonnes équipes, les bons partenariats et réseaux avec lesquels travailler. Cela implique également un esprit entrepreneurial dans lequel chaque collaborateur d’archipelago a la possibilité d’évoluer et exceller dans ses talents. Ce n’est que par ces moyens et ces ambitions que nous pouvons atteindre la qualité et l’innovation nécessaires pour évoluer et rester pertinents.

Pillars

Architecture et R&I... un projet préféré ?

Je n’ai pas de projet architectural favori car il sont trop nombreux pour les mentionner. Je préfère plutôt réfléchir dans une perspective de développement urbain. Un projet d’architecture peut être beau mais chaque bâtiment individuel s’inscrit dans un tissu urbain. Il ne s’agit pas seulement de son activité isolée mais aussi de la façon dont il fonctionne au sein de la somme des entités, dans les bonnes conditions spatiales, écologiques et sociales d’un quartier, d’un environnement ou d’une ville.

Néanmoins, j’aimerais mentionner l’architecte néerlandais Thomas Rau. Il ouvre un nouveau discours et une nouvelle compréhension de la manière dont nous devons organiser différemment le processus de développement, de conception et de construction de biens immobiliers. Ceci de manière plus durable, en produisant de l’énergie, en pensant circulaire, en introduisant des concepts de location de matériaux de construction, etc.

En outre, le monde change, les clients changent et nous changeons ! La recherche et l’innovation nous aideront à rester proactifs et à fournir la qualité que nos clients attendent de nous. Elle ouvre également la voie à des collaborations avec le monde académique, l’industrie et les réseaux de savoirs. Seuls quelques bureaux ont la possibilité ou la capacité d’investir dans une cellule R&I et archipelago a la chance de disposer de cette opportunité. La R&I joue un rôle important dans notre responsabilité sociale et notre crédibilité en tant qu’architectes. Elle fait partie de notre identité et des valeurs que nous défendons. La R&I concerne le contenu pour approfondir nos quatre piliers que sont la programmation, l’expérience, la durabilité et l’économie afin de créer une pollinisation croisée entre nos ateliers de conception et nos secteurs d’activités.

Lorsque nous sommes innovants, nous sommes en mesure de créer une valeur ajoutée en proposant des concepts ‘scenario based’ et intégrés à la société qui tiennent compte de la responsabilité écologique et de la création d’habitats durables pour vivre, soigner, apprendre et travailler.

Quel est ton état d'esprit actuel ?

J’ai toujours aimé mettre les gens en contact, établir des partenariats basés sur des connaissances et des valeurs, et développer la stratégie adéquate afin de proposer un habitat, des bâtiments et des recherches de qualité, de l’inclusion sociale et de la réflexion contextuelle. D’une certaine manière, je vois un avantage à commencer entre le confinement  lié au COVID-19 et les vacances d’été.

Comme tout le monde se repositionne en ces temps difficiles, je fais de même et profite de me familiariser avec l’équipe archipelago et de mieux comprendre les défis futurs en matière d’acquisition, de prospection, de développement commercial et de marketing.

Au plan personnel, la période de confinement COVID-19 m’a donné l’occasion de découvrir le microenvironnement alentour : beaucoup de marche et de vélo côté Natura 2000, dans la ceinture verte de Bruxelles. Les vacances d’été m’offrent de passer encore plus de bon temps en famille et de rattraper le temps perdu en lecture. A commencer par « The Craftsman » de Richard Sennett et « A Sociology of Globalisation » de Saskia Sassen.

Decouvrez d’autres perspectives

toutes nos perspectives
Retourner à la page d’accueil Aller au menu principal

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience possible.

En savoir plus › ok