Aller au contenu principal
copyright archipelago
copyright archipelago

Entre ville et rivière

Le processus de conception a commencé par une étude intensive du site et des conditions locales dans lesquelles le projet allait fonctionner. Située entre le boulevard 30 Juin et le fleuve Congo, la Parkland Tower est entourée de deux frontières importantes dans le paysage urbain de Kinshasa. Le boulevard 30 Juin est le principal axe de circulation qui traverse la capitale, reliant les institutions politiques et les sièges des bureaux. Le fleuve Congo relie la ville au reste du pays et offre une surface d’eau égale à la surface minérale urbaine.

copyright archipelago

Climat Local

Kinshasa affiche une température relativement constante entre 25°C et 30°C avec un pic estival de 35°C. La pluie se fait rare tout au long de l’année, à l’exception du mois d’octobre, après la sécheresse estivale. Le vent vient généralement d’une orientation sud-ouest avec une vitesse modérée.

Deux paramètres définissent le climat intérieur des espaces de travail : la température et l’humidité de l’air. Pour un climat confortable, entre 22°C et 24°C et un taux d’humidité entre .004 et .012, nous devons adapter notre conception de manière optimale, étant donné que ce climat ne se produit naturellement à Kinshasa que 69 heures par an.

« Concevoir d’ambitieux projets sur le continent africain fait partie de l’ADN et de l’histoire d’archipelago. La Parkland Tower est un ajout significatif à la skyline de Kinshasa, avec une valeur environnementale élevée. »

Karol Gawlik architecte du projet
copyright archipelago

Un milieu de travail dynamique

La tour de bureaux est conçue en fonction de l’orientation de sa longue façade principale au nord et au sud. En moyenne, ces côtés reçoivent le moins de chaleur du soleil tout au long de l’année. Le noyau qui centralise les techniques divise la tour en deux, la partie nord étant légèrement plus haute et inclinée vers l’angle entre le boulevard 30 Juin et l’avenue du Port. Les façades est et ouest sont proportionnellement moins vitrées et bénéficient d’un ombrage naturel grâce à une végétation abondante devant les fenêtres.

La lumière du jour et les vues vers l’extérieur sont essentielles à notre bien-être au travail. Cependant, les façades en verre, comme on en voit souvent dans les tours de bureaux, peuvent entraîner une surchauffe. Un système d’ombrage horizontal et vertical filtre la lumière du soleil de sorte que la période de confort du bâtiment, basée sur le climat extérieur, augmente de 28,8 %. En outre, nous réduisons le besoin de climatisation grâce à un refroidissement par ventilation naturelle et mécanique. La mise en œuvre de tels systèmes de ventilation augmente la période de confort de 42%. De cette manière, le bâtiment aura besoin de moins d’installations techniques et exploitera au maximum les sources d’énergie renouvelables. De cette façon, nous concevons un environnement de travail et de vie à la fois agréable et durable.

Quand le développement durable et le travail collaboratif inspirent l’architecture

Case Study - ORES

Quand le développement durable et le travail collaboratif inspirent l’architecture

Galerie d’images

copyright archipelago
copyright archipelago
copyright archipelago
copyright archipelago

/

Découvrez d’autres case studies

Quand le développement durable et le travail collaboratif inspirent l’architecture

Case Study - ORES

Quand le développement durable et le travail collaboratif inspirent l’architecture

Comment transformer un immeuble désaffecté en une institution publique vibrante et performante ?

Case Study - PROJET U

Comment transformer un immeuble désaffecté en une institution publique vibrante et performante ?

Tous les
cases studies
Retourner à la page d’accueil Aller au menu principal